Le Président du Togo à Bruxelles
Le président du Togo, Faure Gnassingbé s’est entretenu lundi matin à Bruxelles avec le président de la Commission européenne, José-Manuel Barroso et avec Louis Michel, le Commissaire chargé du Développement. Le président togolais n’est pas arrivé les mains vides au siège de la Commission européenne. A José-Manuel Barroso, le président de l’institution et à Louis Michel, il a présenté le bilan des réformes engagées il y a un an et, notamment, la mise en œuvre effective des fameux « 22 engagements » souscrits par le Togo auprès de l’UE. Les plus importants engagements ont d’ores et déjà été réalisés dont la récente signature de l’accord global avec l’ensemble des partis politiques togolais. Louis Michel comme la Finlande qui préside l’Union européenne se sont félicités de ces avancées. Une aide de près de 20 millions de dollars (sur d’anciens fonds Stabex) a été accordée à Lomé il y a quelques semaines ; signe évident d’un dégel. La question est maintenant de savoir ce que va faire l’UE. M. Michel, a déclaré que l’UE ne pourrait envisager la normalisation de ses relations avec le Togo et la reprise de l’aide au développement sans date pour des élections législatives anticipées. "Il ne reste plus en fait qu’un seul élément pour que toutes les conditions soient remplies, il s’agit du calendrier électoral (...) et la date des élections anticipées", a-t-il indiqué. Les autorités sont déterminées à organiser le scrutin en 2007, fin du mandat des actuels députés. Trouver une date ne devrait pas poser de problèmes particuliers, si ce n’est logistiques et financiers.